coliving : Common au bord de la faillite

Depuis quelques années maintenant, le coliving est devenu le nouvel Eldorado sur le marché immobilier français et européen. Les résidences dédiées à ce nouveau mode de location tournée vers la vie communautaire fleurissent dans les plus grandes villes du Vieux Continent.

Ainsi, de plus en plus d’investisseurs injectent leurs argents dans divers projets de coliving, espérant un retour sur investissement à la hauteur du succès grandissant de ce qui se présente comme la nouvelle solution à la crise immobilière. Pourtant, certaines entreprises se sont cassé les dents dans cette aventure du coliving, notamment un géant du secteur : Common.

Common au bord de la faillite

C’est un choc pour le monde de l’immobilier et du coliving. Il y a de cela quelques jours, le géant et précurseur du coliving en Amérique du Nord, Common, a déposé une demande de mise en faillite. Une situation presque invraisemblable, au regard des nombreuses opérations de financement qui ont permis à Common d’engranger un total de 110 millions de dollars levés et étant donné la réputation de la société dans le secteur.

Mieux encore, en 2023, Common fusionnait avec Habyt, le principal acteur du coliving en Europe et en Asie. Cette opération devait permettre à l’entreprise new-yorkaise de devenir le leader mondial du coliving. Il n’en sera finalement rien puisque la faillite frappe à sa porte. Dans la demande réalisée par Common auprès des instances judiciaires concernées, il est révélé que l’entreprise dispose d’un passif de 50 millions de dollars, tandis que le total de ses actifs ne représentait qu’un montant de 10 millions de dollars.

Une situation à laquelle viennent s’ajouter de multiples plaintes de locataires à l’encontre de l’entreprise et de sa gestion de ses biens :  manque de sécurité, retards d’entretien, menaces présumées des occupants…

Depuis sa création en 2015, l’entreprise dispose d’un portefeuille de 48 immeubles multifamiliaux répartis dans neuf villes des États-Unis : New York, Jersey City, Los Angeles, San Francisco, Chicago, Washington DC, Seattle, Philadelphie et Fort Lauderdale.

Common rejoint WeWork

La situation de Common n’est malheureusement pas un cas isolé, même au pays du « Rêve américain ». WeWork, autrefois pépite du monde du coworking (équivalent professionnel du coliving où l’entreprise propose à la location des bureaux meublés), a également dû faire face à des difficultés de paiements auprès de ses investisseurs et bailleurs de fonds. Il en résulte une situation critique pour l’entreprise new-yorkaise qui cumule trois milliards de dollars de dette.

Laissez un avis post

Search