Le coliving, la colocation à prix d’or qui surfe sur la pénurie de logements étudiants

La crise du logement n’épargne personne, surtout les étudiants qui peinent à dégotter un logement décent sans y laisser toutes leurs économies. Beaucoup se tournent alors vers le coliving, le mode de colocation en vogue et inonde petit à petit le marché du logement, spécialement dans les métropoles françaises.

Le coliving : la colocation 2.0

La colocation est un système de partage d’un bien loué par plusieurs occupants. Dans le système classique, chaque locataire est en charge de son propre loyer, d’une part de sa consommation en énergie et en forfait internet, de ses besoins personnels et de l’accomplissement de certaines tâches ménagères. Le concept du coliving vient dépoussiérer la colocation, en proposant cette fois des services haut de gamme qui sont directement inclus dans le loyer.

Ainsi, chaque locataire peut bénéficier d’un accès internet, d’un abonnement auprès d’une plateforme de streaming, de services de courses pour remplir le frigo ainsi que d’autres avantages divers et variés. Inventé aux États-Unis dans les années 2000, le coliving a pris d’assaut les marchés immobiliers européens, spécialement en France où le secteur est particulièrement tendu. Parmi les premiers clients de ce nouveau mode de logement, on retrouve les étudiants qui sont les premiers à être en difficulté quand il s’agit de se trouver un appartement avec des moyens financiers très limités.

Le coliving : trop cher pour être vrai ?

Le coliving, ça plait ou ça ne plait pas. D’un côté, on retrouve des étudiants qui pour la plupart ont choisi le coliving justement du fait des services haut de gamme auxquels ils ont accès gratuitement : internet, abonnement streaming, espace de coworking, salle de sport… Ces services seront facturés en suppléments de leurs loyers s’ils avaient opté pour une colocation classique.

De l’autre, on a les responsables des municipalités dans des grandes villes de France qui pointent du doigt les loyers dans les résidences de coliving qui sont excessivement chers par rapport aux autres modèles de logement en location. À Lyon par exemple, une chambre en coliving peut être facturée 820€ par mois, là où le loyer d’un simple studio étudiant n’atteindrait pas les 600€, idem pour la chambre en colocation classique proposée aux alentours de 530€ par mois.

C’est cet écart entre les offres de coliving et les autres propositions de location que dénoncent plusieurs responsables administratifs à Lyon, à Marseille, à Paris jusqu’à Bordeaux.

Le coliving s’insurge et se développe

Malgré donc les réticences de nombreuses municipalités de France, le coliving continue de séduire les étudiants. En réalité, l’offre est largement en dessous de la demande, et les quelques chambres proposées par les sites de logement dédiés sont rapidement occupées. « Nous avons reçu 150 demandes pour sept places », déclare notamment le propriétaire des « Patios de Berthelot » Julien Grisard.

Son agence immobilière Labelleville qui se spécialise dans le coliving annonce même l’ouverture d’une nouvelle résidence à Villeurbanne. Cette situation alarme les municipalités qui craignent « une inflation des prix » tant le nombre de résidences coliving augmente chaque année, et dont l’absence de législation des loyers constitue l’un des points faibles sur lequel tablent tous les opposants à ce nouveau type de logement.

Laissez un avis post

Search